AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Tout finit là où tout a commencé... [Nouvelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hyando
Hyando
Messages : 11
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 23
Localisation : Dans les méandres de mon subconscient

Tout finit là où tout a commencé... [Nouvelle] Empty
MessageSujet: Tout finit là où tout a commencé... [Nouvelle]   Tout finit là où tout a commencé... [Nouvelle] EmptyDim 11 Aoû 2013 - 23:04
Voici un de mes textes que j'ai écris il y a quelques mois, pour vous donner un avant goût de mon style d'écriture. Enjoy ^^



Tout finit là où tout a commencé...


     Je rebouche le trou que j’ai fraîchement creusé la veille. Une énième vie que je donne en pâture aux vers. Avec, comme musique d’ambiance, les pleurs de la famille du défunt. Tel est mon travail. Fossoyeur. Et par la même, gardien de cimetière. Voué à enterrer, les uns après les autres, mes concitoyens. A entretenir leur dernière demeure. Mais je ne me plains pas. C’est ma manière à moi de leur rendre hommage. De les accompagner une dernière fois vers la vie éternelle. Et puis les cimetières m’ont toujours attiré. Le calme qui y règne m’inspire. Car je suis aussi dessinateur de livre pour enfant. Vous me direz, on trouve son inspiration où l’on peut. Mais je me défends pas mal en la matière.

     Aujourd’hui, j’enterre un gosse. Je ne m’habituerais jamais à la taille du cercueil… Ça me rend malade. Et ça me fait surtout de la peine pour ses parents. Je devine la mère, agenouillée au sol, pleurant toutes les larmes de son corps. A ses côtés, une femme plus âgée, la réconfortant. Un lourd silence règne, entrecoupé par les pleurs de la femme et les paroles du prêtre récitant ses prières au défunt. Il y a des choses auxquelles  on ne peut s’accoutumer, quelque soit le métier que l’on fasse et l’expérience que l’on a. Celle-là en fait partie.

     Je prends bien soin d’astiquer la nouvelle tombe de mon cimetière. Joshua Frondage, s’appelait le môme. J’arrose les fleurs fraîchement déposées lorsque j’entends des pas crissant sur le gravier. Je tourne la tête, et j’aperçois la mère du gamin arriver. Sous son voile et son manteau noir, je l’avais mal distinguée. Maintenant, je peux voir une belle femme blonde, la trentaine, la mine sombre, une veste jaune pâle avec un pantalon de toile blanc crème. Il n’y a pas à tortiller, elle est sacrément jolie. Elle s’approche de moi. Je m’écarte prestement de la tombe, en lui présentant toutes mes condoléances. Elle me remercie en souriant tristement, avant de river ses yeux sur la tombe. Moi, ne sachant que faire, comme je n’avais pas fini mon travail, je reste là, silencieux, en attendant qu’elle finisse de se recueillir.

     Elle commence à me parler. A me décrire son Joshua. Elle me dit que c’était un gamin plein de vie. Qu’il adorait faire de la bicyclette, et que c’était un grand fan de handball. Elle me conte ses souvenirs, lorsqu’ils s’amusaient à se jeter de l’eau en jouant dans la piscine, l’été, lorsqu’il avait foncé dans un buisson, au ski, l’hiver, ou encore lorsqu’il s’amusait à faire des visages humains avec des feuilles d’arbres en automne. Elle me raconte aussi sa vie, difficile, lorsque son père les avait lâchement quittés pour une hôtesse de l’air pimbèche et orgueilleuse. Ils en avaient beaucoup souffert tous les deux. Et ce salaud n’est même pas venu à son enterrement. Ses yeux s’humidifient. Elle tombe à genoux avant de hurler que c’est injuste, qu’il n’avait pas à se faire renversé par un chauffard, qu’il était la seule chose qu’il lui restait et qu’il est désormais parti. Elle pleure à chaudes larmes. Pris au dépourvu, je m’approche d’elle et lui frotte le dos pour la consoler, restant silencieux. Elle se relève et se jette dans mes bras, pleurant de plus belle. Je lui sors alors des banalités, lui disant qu’il est sans doute heureux là où il est, qu’il ne souffrira plus maintenant. Elle a l’air de gober ce que je lui dis, et commence à cesser de pleurer. Nous commençons à nous séparer l’un de l’autre, et je lui offre un sourire qui se veut réconfortant. Elle me sourit à son tour, et me remercie de l’avoir écoutée. Je lui dis que ce n’est rien, que c’est tout naturel. Elle me sourit encore, avant de tourner les talons et de s’en aller. Etrangement, j’ai un pincement au cœur à la voir partir.

     Les jours passent. J’entretiens avec ardeur la tombe de Joshua. Chaque jour, j’arrose les fleurs de la tombe. Il m’est même arrivé de les changer. Je ne sais pas pourquoi, je me suis pris d’affection pour lui. Pour un mort… Et que je ne connais même pas en plus ! Enfin, presque pas… Mais je me fiche de ce que mon bon sens me dit. J’agis instinctivement. Et mon instinct ne m’a pas trompé…

     Car elle est revenue. C’est une journée légèrement pluvieuse. Une fine bruine vient ameublir la terre, et raviver les fleurs presque fanées désormais. J’entends des crissements. Un autre visiteur, je me dis. Je me retourne par réflexe. Et là, je la vois. Toute en splendeur, dans son trench-coat vermeil. Elle me sourit en me voyant. Elle me dit que je m’occupe beaucoup de la tombe de Joshua. J’acquiesce. Elle me sourit en me remerciant. Elle se met face à la tombe, et je me mets à côté d’elle. Je sens son léger parfum, enivrant. Il y a un truc, chez elle, qui la différencie des autres femmes que j’ai connues, mais je ne saurais dire quoi… Elle brise le silence la première. Elle commence par me dire que Joshua lui manque terriblement. Qu’elle trouve tout fade, qu’elle a perdu la joie de vivre. Mais il y a quelqu’un qui semble lui faire retrouver le goût des choses. Après un moment d’hésitation, elle déclare que ce quelqu’un est ici présent. Sur le coup, je ne capte pas. Je pense à Joshua, mais celui-ci est mort, ce n’est donc pas lui. Je cherche dans ma petite tête de qui parle-elle. Et c’est alors que la réponse me vient.

     Je tourne la tête, vers elle. J’ai à peine le temps de lui demander ce qu’elle entend par la que nos lèvres se touchent. Un fugace instant. Puis c’est l’explosion. Notre baiser devient langoureux, profond. Nous sommes pris de folie, je ne vois que ça à dire. Mais une douce folie, celle que l’on prend plaisir à vivre. Nous nous déplaçons, toujours enlacés, vers une crypte. Et là… Certes, je conçois que ce n’est pas très catholique. Mais la passion si soudaine nous consume, nous ne pouvons pas nous contrôler. Nous essayons de rester avec difficulté le plus silencieux possible, autant par respect pour les morts que pour ne pas se faire surprendre. Une fois le coït terminé, nous nous allongeons au sol, blottis l’un contre l’autre. J’ai un sourire bienheureux aux lèvres. J’avais oublié à quel point ce pouvait être jouissif. J’ai eu tellement peu de succès avec les filles…
Elle me dit, avec cette joie enfantine d’avoir commis un acte interdit, qu’il se fait tard, et qu’elle devrait rentrer. Je ne lui réponds pas, fermant les yeux et profitant de l’instant présent. Même si, dans l’absolu, le sol est dur, froid et très inconfortable. Elle me baise la joue et se lève, se rhabillant, pour sortir de la crypte. Elle me dit à la prochaine fois, dépose un bout de papier sur mon ventre, et s’en va. Je reste toujours là, rêveur. Je fini néanmoins par me lever, et découvrir que le bout de papier est en fait la carte de visite d’une styliste d’intérieur, prénommée Sandra Frondage. Sandra… Quel joli nom.

     Nous nous sommes revus. Beaucoup de fois. D’abord dans un café, à discuter de tout et de rien, de notre vie, de notre passé, de nos projets à venir. Puis chez elle. Et enfin chez moi. Nous nous trouvons de nombreux points communs. Je n’ai pas peur de le dire, mais je crois que je l’ai enfin trouvée, mon âme-sœur.
On s’amuse beaucoup. Nous vivons désormais dans le même appartement. Chez elle. C’est bien plus spacieux que chez moi. Avec elle, je trouve l’inspiration pour mes livres. J’en ai même fait publier un. On s’entend à merveille, on nous dirait complémentaires. Pour la première fois de ma vie, je connais le vrai bonheur. Et ça n’a pas de prix.

     Les années passent. Nous sommes toujours ensemble, et nous essayons d’avoir un enfant. Enfin un môme à qui je pourrais faire lire mes histoires pour avoir un avis ! Mais… en vain. Je ne sais pas ce qui se passe. Impossible d’en avoir un. Nous envisageons de voir un spécialiste…

     La nouvelle est tombée : Sandra à un cancer, qui l’a rendue stérile. Et un cancer à un stade avancé. Elle pleure beaucoup. Je ne sais pas quoi faire. Je la réconforte du mieux que je peux, je lui offre autant de cadeaux que ma paye me le permet pour lui faire oublier, en vain. Elle est inconsolable. Elle a peur. Peur de souffrir. Peur de la mort. Mais il y a une autre peur, que j’ai devinée, et qu’elle n’ose pas m’avouer. Elle a peur de me faire vivre ce qu’elle a vécu avec son fils. Et, sur ce point, elle à raison…

     Elle est allongée dans un lit d’hôpital. Elle bouge et mange à peine. Les médecins ne lui donnent plus que quelques semaines à vivre. Elle a hâte de mourir. Elle ne veut pas me le dire, mais je sens qu’elle souffre, qu’elle veut partir. Mais moi je ne veux pas. Je ne veux pas la perdre, bordel ! C’est égoïste, je sais, mais je n’en ai rien à foutre ! Je la veux à mes côtés, pour toujours !

     Elle est partie. Définitivement. Elle repose désormais à côté de Joshua. Je lui dois bien ça. Elle me manque. Terriblement. Maintenant, je sais ce que ressentent les familles des défunts que j’enterre. Toute la peine qui se dégage d’eux, je ne l’avais jamais comprise. C’était mon premier enterrement. La première fois que je creusais le trou d’une personne qui m’était chère. Je repense à tous les bons moments que nous avons passés ensemble. A notre première rencontre dans le cimetière. A nos premiers ébats. Je regarde le ciel, d’un bleu immaculé. Mes yeux se brouillent. Il pleut.

_________________
Take it easy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tout finit là où tout a commencé... [Nouvelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je Sais Tout n°1, 02/1905, Les auteurs
» Scrapbooking Tout simplement Clodine
» Sauté de crevettes et pois mange-tout
» [resolu] Mon HTC touch HD reboot tout le temps et tout seul ??
» Collection TOUT PARIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Write Hope :: 
Créations
 :: Terminées
-